L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 88189303_4063043207042741_6208905135138013184_o-1.jpg.

Samedi 29 février 2020, la Première Equipe du Carouge Natation avait rendez-vous avec celle du SC Winterthur, pour un match comptant pour le Championnat suisse. Un événement qui avait lieu à un moment bien particulier où l’on apprenait la démission collective de la Présidence de Swiss Water-polo. En cause, une crise qui opposait cette dernière  à ses arbitres qui lui reprochaient d’avoir pris la décision soudaine et unilatérale de réduire leurs honoraires de vingt pour cent alors même que le nombre de matchs augmentait quant à lui, du même pourcentage. Le bras de fer qui durait depuis plus d’un mois avec des rebondissements multiples, menaçait le déroulement du Championnat, une majorité d’arbitres s’étant mise en grève. La Direction a fini par jeter l’éponge. Le ballon semble reprendre, à présent, droit de cité dans le débat. Un long processus est désormais en route afin de mettre en place une nouvelle Direction et rétablir le dialogue entre l’Association faîtière et ses arbitres.

Au Carouge Natation, le climat non plus n’était pas au beau fixe en cette fin du mois de février. Avec un Mathieu Maréchal blessé à la jambe gauche, lors d’un accident de surf sur le récif corallien au Sri-Lanka, avec un Stefano Losito en rémission d’une mononucléose qui l’a éloigné des bassins pendant plus d’un mois, avec un Kaya Karamustafa indisponible en raison d’ennuis de santé sur lesquels le corps médical n’arrive toujours pas à mettre un ou des noms, entre un Matteo Rota pris par le match des U17 contre « Aquastar », à un jet de pierre de Winterthur et un Marin Katchamakov retenu par ses obligations paternelles, le Club partait en bien mauvaise posture, avec une équipe de neuf joueurs, face à un adversaire qui en alignait treize. Et pour corser le tout, Benjamin Fisher, Alias Benji,  écopait d’une exclusion pour trois fautes successives, privant son équipe de sa rapidité et sa mobilité de nageur.

Pour palier toutes ces défections, Anestis Pesmatzoglou, le sélectionneur grec, avait fait appel à  deux éléments clés de l’Equipe. Arthur Bottaccio qui fit le déplacement de Francfort et Paride De Stefani,  qui accourut de son Tessin natal pour prêter main-forte à ses co-équipiers.

En face, Winterthur alignait une équipe au grand complet, appuyée par une soixantaine de spectateurs parmi lesquels s’étaient glissés cinq ou six arbitres. Composée en majorité de joueurs très jeunes, l’Equipe adverse s’alignait tout de même sans ses deux joueurs vedettes, les frères Milovanovic, Nikola et Marko qui  évoluent désormais avec Schaffhouse.

Carouge Natation prit, dès les premières minutes du match, la direction des opérations,  talonné par un adversaire dont la pugnacité ne s’est jamais démentie et qui collait au score, chaque fois que les sardes s’aventuraient à marquer. A trois reprises Dusan Panajotovic usa de son shoot illisible et combien dévastateur pour surprendre le gardien suisse allemand. Ce dernier eut juste le temps de sentir passer les boulets. Contrairement à leur habitude, les carougeois ne baissèrent jamais la garde. Supérieurs physiquement et plus rapides dans l’eau, ils surent répliquer à tous les assauts adverses.

A quatre reprises, le talentueux Edi Alijagic parvint pourtant à surprendre Pietro Gazzini, au sommet de son art, avant  que les carougeois après avoir déployé  des trésors d’anticipation,  ne parviennent à neutraliser le suisse-allemand qui ne menaça plus leur cage.

A la fin de la troisième période, les sardes dont on attendait un effondrement, en raison de la débauche d’énergie qu’ils avaient consentie jusque-là,  se permettaient même de passer la surmultipliée, face à un adversaire complètement dépassé. Winterthur manquera plusieurs occasions de tirer profit des dix exclusions infligées à son  adversaire.  Tout le contraire des carougeois qui surent tirer la substance des dix-sept exclusions chez leur  adversaire.

En fin de match, le trio Dusan Panajotovic, Bogdan Filipovic et Orfeas Malaspinas allait monter en puissance, faisant la démonstration d’une grande maîtrise du jeu collectif. En tout, il fusilla le gardien de but adverse pas moins de quinze fois,  dans une sorte de décompte à rebours dont on  peut se réjouir: six buts pour le premier, cinq pour le second et quatre pour le troisième.

La dernière fois que Carouge avait pu remporter une victoire remonte au 16 juin 2018. Bien de l’eau aura coulé sous les ponts de l’Arve et d’ailleurs, depuis cet été-là et les déboires qui suivirent la restructuration entreprise par la Direction du Club et qui semble porter ses fruits.

Score final de 19-9. Prochain match le 7 mars aux Pervenches à 18h45. Il opposera Carouge au SV Basel

 

CAROUGE NATATION :

GAZZINI Pietro, FISCHER Benjamin, DE STEFANI Paride, BAERTSCHI Samuel (C) (1), MALASPINAS Orfeas (4), PANAJOTOVIC Dusan (6), GAZZINI Tommaso (2), BOTTACCIO Arthur (1), FILIPOVIC Bogdan (5)

Coach : PESMATZOGLOU Anestis

Please follow and like us:
20
fb-share-icon20
20
fb-share-icon20