C’est dans des conditions particulières que s’est déroulé le match contre les Tristars avec des dimensions de bassin jamais rencontrées de vingt-cinq mètres (25)  par douze cinquante (12.5). La profondeur du bassin d’un mètre quarante (1.40) à un endroit ayant obligé Tristar a réduire les dimension du champ de jeu.

Ceci expliquant sans doute cela, les carougeois ont développé un jeu d’où furent absents les ingrédients qui les caractérisent si bien, comme  l’esprit offensif et l’agressivité. La première période fut totalement décousue, débridée, au cours de laquelle les « Rouge-et-Verts »  se cantonnèrent dans l’expectative,  plus observateurs qu’acteurs. Talonnés en terme de score, par un adversaire ragaillardi par cette inertie providentielle, les juniors virèrent tout de même en tête avec 4 buts à 3.

La seconde période ressembla fort à celle qui l’avait précédée avec une meilleure implication sanctionnée par quelques erreurs défensives qui permirent aux adversaires de rester au contact avec un score de 3 à 2, au profit des carougeois.

Le troisième quart fut de la même facture. Les deux protagonistes ratant autant d’occasions de buts l’un que l’autre. Les approximations et les hésitations empêchèrent les locataires des Pervenches  de prendre le large avec un score qui fut, somme toute, tout aussi modeste que les deux précédents avec 2 buts à 1 en faveur de Carouge

Au quatrième temps, Marc Brisfer changeait  complètement de tactique, confiant des rôles spécifiques à certains joueurs. Une initiative qui eut pour effet de modifier totalement la physionomie du jeu. Les adversaires dépassés se contentèrent de regarder les attaques carougeoises transpercer leur ligne de défense pour aller s’écraser à cinq reprises dans leurs filets. Au cours de ce match atypique, il faut noter que six joueurs sur les  huit ont marqué témoignant de l’hétérogénéité du groupe.

Score final: 14 à 7 pour Carouge

Please follow and like us:
20